Etre « le meilleur du monde » ou le meilleur « pour le monde »

5 Juin 2024

Article écrit par Flavienne Sapaly
Mob : 06.82.56.38.99
Mail : flavienne.sapaly@humanart.fr

Coach Accréditée EIA Praticien senior et ESIA superviseur

Organisme de Formation Humanart certifié Qualiopi

Le « prendre soin du bien commun » monte à l’affiche du grand théâtre de nos organisations. On parle maintenant de « responsabilité régénérative », d’entreprise partagée ou cellulaire, de permaentreprise.

Fakes news ? effet de mode ? ou tendance véritable? Il semblerait que le concept de leadership continue son évolution. L’urgence des enjeux et crises à venir en serait l’heureux initiateur.

Ce que cela voudrait nous dire
Bien au-delà de l’idée de contribuer à l’intérêt général, un mouvement semble inviter les dirigeants à « prendre soin », pour avoir un impact positif global. Il ne s’agit plus d’intervenir de façon contextuelle pour limiter l’impact négatif de telle ou telle pratique mais au quotidien de savoir prendre soin en même temps de soi, de son équipe, des parties prenantes de l’organisation, et de la planète.
Ce n’est pas rien quand on sait toutes les injonctions et conditionnements qui nous fondent. Et ce n’est pas sans faire peser une pression de plus sur les acteurs de la transformation.

L’intègration du concept de « perma entreprise »
Sylvain Breuzard, Pdg fondateur de Norsys (entreprise à mission de 750 personnes), par son concept de « perma entreprise » reprend les principes éthiques de la Terre pour les appliquer à l’humain :
1. Prendre soin de la spécificités de « l’Essence » de chaque humain,
2. Prendre soin de la Terre, matrice nourricière première,
3. Fixer des limites
4. Et partager les surplux.
Ce qui signifie un leadership qui prend en compte le Vivant en premier.
La sphère économique devient totalement imbriquée à la sphère du vivant (12 chefs d’entreprises en témoignent).
Une responsabilité sociétale qui protège les acteurs économiques autant que la planète.

Les conséquences sur l’individu leader
« Prendre soin » est un phénomène qui remet l’individu dans son pouvoir et sa responsabilité.
L’état interne du leader doit donc être au centre : en état de stress, le leader ne peut être ni centré, ni humble, ni disponible et ni intuitif.
Le « prendre soin » de sa propre dimension physique et psychique pour investir dans le bien être des collaborateurs et cultiver le mindset collaboratif pour des relations vivifiantes, devient une nécessité.

La vigilance : ne pas en faire une nouvelle exigence de « leader performant ».
Gare à ne pas à nouveau confondre «savoir prendre soin et être responsable» et « devoir être parfait et sous contrôle ».
Tout humain, aussi leader soit-il, a ses limites et c’est grâce à cette humilité là qu’il pourra reconnaitre et œuvrer avec les limites des autres et celles de notre planète.
Leader responsable ne signifie pas ici celui qui porte tout le poids, mais celui qui permet qu’une réponse éthique (« Ethos » en grec signifie : le comportement juste) soit apportée à la situation/contexte du réel qui se présente.

En cela, encore une fois il m’apparait que l’approche Elément Humain créée par Will SCHUTZ est tout à fait avant-gardiste et contribue à soutenir cette nouvelle génération de leader qui émerge.
Mais aussi « le travail qui relie » de Joanna Macy et bien d’autres courants qui aident les leaders à contacter leur intériorité et mettent en avant confiance, responsabilité et ouverture du cœur.

1 – La permaentreprise : un modèle viable pour un futur vivable inspiré de la permaculture,
Sylvain BREUZARD ed Eyrolles 2023

2 – « L’Elément Humain » : comprendre le lien entre estime de soi, confiance et performance », ed Intereditions 2006

3 – Témoignages de dirigeants sur l’expérience « Elément Humain » : https://humanart.fr/formation/#eh

Ecrit par Flavienne SAPALY
Mob : 06.82.56.38.99
Mail : flavienne.sapaly@humanart.fr

Coach Accréditée EIA Praticien senior et ESIA superviseur
Consultante formateur certifié QUALIOPI

Autres articles de la même catégorie

L’effet « Elément Humain » : un changement de paradigmes

L’effet « Elément Humain » : un changement de paradigmes

Après plus de 20 années d’expérience d’accompagnement des organisations et de leurs leaders, j’observe que des problématiques similaires se présentent : non transversalité, difficultés à engager et à responsabiliser durablement un collectif, manque de flexibilité et...

lire plus
Quel pouvoir avons nous sur nos pensées?

Quel pouvoir avons nous sur nos pensées?

Nombreux sont mes clients qui expriment leur fatigue à « penser trop ».
Le célèbre écrivain Serge Marquis les rejoint lorsqu’il dit « le plus grand monstre de tous les temps c’est le hamster qui court dans notre tète constamment ».

lire plus
Sortir de la « victimite »

Sortir de la « victimite »

Dans un contexte social tendu, évoquer la victimite peut paraitre provocateur. Je crois effectivement que notre culture française est coincée dans le triangle Victime-persécuteur-sauveur qui mène inexorablement au conflit et au sentiment d’impuissance. J’assiste à la...

lire plus
Share This