Flavienne-Sapaly
Article écrit par Flavienne Sapaly
Coach Accréditée EIA EMCC
Superviseur Certifié CSA
Facilitateur LHEP
Consultante formateur expert leadership et changement agréé expert ICPF et PSI

A l’heure du digital dans un monde « connecté » qui valorise les réseaux sociaux, j’ai fait comme la société en entretenant l’illusion d’un partage total et transparent entre humains qui bannirait l’isolement et créerait le lien fondateur d’un monde nouveau : Facebook, LinkedIn, WhatsApp et autres joyeusetés contribuent largement à cette illusion.

Lorsque j’évoquais la solitude des personnes âgées comme celle des dirigeants c’était pour parler d’une solitude triste, souffrante, un abandon. Je pense aujourd’hui tout autrement.

En même temps que je désire « être avec » les autres, je vérifie tous les jours en entreprise et en famille combien le « vivre ensemble » n’est pas moins souffrant que le sentiment de solitude.
Et si la solitude n’était pas un fléau mais un pilier, une merveille, un roc sur lequel assoir notre soif de « vivre avec » ?

L’expérience me montre que « devenir soi » et quelque peu « libre » ( et je reste prudente avec cette autre illusion) nécessite que nous lâchions le recours permanent à l’autre, à son regard.

Alors que la « mode » est au co working, à la coopération, et à l’habitat groupé, très séduisant je l’avoue, je prône ici la solitude comme remède à l’individualisme, étape essentielle au mieux « vivre ensemble ».